EA 7347 Histara

Histoire de l’art, des représentations et de l’administration dans l’Europe moderne et contemporaine

Suspendre l’éphémère. L’art de la fête en Europe aux XVIe et XVIIe siècles.

En 2018 est prévu, sous la responsabilité de deux étudiants postdoctoraux, un colloque international sur l’art éphémère (entrées, fêtes, spectacles, l’art de la table, jardin). Il favorisera une mise en parallèle des occurrences en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal. Une attention particulière sera prêtée à l’architecture éphémère comme champ d’expérimentation de l’architecture monumentale. Les commanditaires de telles œuvres, leurs références formelles et la signification de celles-ci sur les plans politique et symbolique seront étudiés de manière approfondie. La manifestation est prévue sous forme d’une collaboration avec le Centre allemand d’histoire de l’Art à Paris et l’Accademia Nazionale di San Luca.

 

 

 

L’art de l’éphémère présente par essence un paradoxe, si l’on compare les moyens qu’il mobilise – de la réalisation méticuleuse des objets à leurs coûts souvent exorbitants – avec son caractère absolument transitoire. Cette contradiction apparente doit être envisagée en tenant compte du rôle des fêtes pour lesquelles elles étaient destinées : un rôle fondamental dans la construction de l’image des maisons régnantes, des élites de gouvernement, ou encore des libres républiques qui les promouvaient. En outre, les créations mises en place le temps d’une entrée triomphale ou d’un festin de palais connaissaient souvent une seconde vie grâce aux gravures, récits et livrets qui les décrivaient minutieusement afin de « suspendre » l’éphémère dans le temps et l’espace. Un tel phénomène est particulièrement évident si l’on considère les fêtes italiennes et françaises des XVIe et XVIIe siècles, en les comparant avec le reste de l’Europe (par exemple l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne) ; thématique à laquelle nous entendons, justement, dédier cette rencontre.

Il s’agira de s’interroger sur les caractéristiques de l’éphémère, sur les relations et les différences existantes entre les œuvres permanentes et les œuvres transitoires qui pouvaient les dépasser en magnificence ; sur le(s) contexte(s) dans lesquels naissent ces manifestations, sur leurs fins, et sur quelles dynamiques étaient impliquées entre les commanditaires, les artistes et le public. Le rôle du temps sera en outre un élément constitutif de la réflexion : quelle mémoire subsiste des créations festives ? Quelles stratégies étaient mises en œuvre pour la transmettre ?

 

Sospendere l’effimero. L’arte della festa in Europa tra Cinque e Seicento / 18-19 dicembre 2017 /  PROGRAMMA 18-19 dicembre 2017

.

EA 7347 Histara EPHE 2 rue Vivienne, 75002 Paris